AFROBASKET WOMEN

Revue d’Ă©quipe : l’Égypte

Temps de lecture : 2 mn đź•—

LE CAIRE (Égypte) – L’Ă©quipe nationale fĂ©minine d’Égypte est indĂ©niablement en plein essor, mais peut-elle dĂ©jĂ  prĂ©tendre Ă  une place d’honneur au FIBA Women’s AfroBasket 2021 ?

Au niveau rĂ©gional, l’Égypte a dominĂ© pendant quelques annĂ©es la Zone 5, puis le Kenya a Ă©levĂ© son niveau de jeu pour la relĂ©guer au second rang Ă  l’occasion des derniers Éliminatoires rĂ©gionaux pour le FIBA Women’s AfroBasket 2021 en juillet Ă  Kigali.

L’Égypte n’est jamais montĂ©e sur la plus haute marche du podium de la compĂ©tition continentale.

coinpayu

En 2015 Ă  YaoundĂ©, l’Égypte avait crĂ©Ă© la sensation en battant l’Angola, alors champion en titre, durant la phase de groupes

Cette année, Soraya Mohamed et ses coéquipières se rendent à Yaoundé avec la ferme intention de bousculer la hiérarchie et de faire bien mieux que le modeste 7e rang obtenu en 2019.

La question, toutefois, est la suivante : l’Égypte dĂ©tient-elle les atouts nĂ©cessaires pour aller conquĂ©rir le titre majeur africain ?

coinpayu

Voici quelques éléments à son sujet:

Équipe : Égypte
Classement FIBA : 48e (Monde) ; 6e (Afrique)
Dernière participation au FIBA Women’s AfroBasket : 2019 (2 victoires, 4 défaites ; 7e place)
Meilleur résultat au FIBA Women’s AfroBasket : 2e (1974)
Le chemin de la qualification pour le FIBA Women’s AfroBasket 2021 : L’Égypte a pris le second rang des Éliminatoires Zone 5 de FIBA Afrique derrière le Kenya.
Monde : L’Égypte n’a jamais participĂ© Ă  une compĂ©tition mondiale.
Historique : Ce pays a jadis jouĂ© les premiers rĂ´les sur la scène africaine – elle a terminĂ© 3e en 1974 et 2e en 1977 – mais depuis, il semble condamnĂ© aux seconds rĂ´les.

En 1990, les Égyptiennes ont quittĂ© le FIBA Women’s AfroBasket en Tunisie sur une 7e place.

Après plus d’une dĂ©cennie d’absence, elles ont renouĂ© avec le tournoi pour finir au mĂŞme classement. Puis l’Égypte a de nouveau manquĂ© la phase finale du FIBA Women’s AfroBasket de 2001 Ă  2011. En 2013 Ă  Maputo (Mozambique), elle s’est classĂ©e 8e.

Ces longues pĂ©riodes d’absence paraissent avoir fait plus de mal que de bien au basket fĂ©minin Ă©gyptien.

Reem Moussa

Cependant, avec les rĂ©centes Ă©mergences de joueuses talentueuses comme Soraya Mohamed,  Reem Moussa, Menatalla Awad et Raneem Elgedawy, l’espoir est revenu.

Mohamed, qui Ă©volue dans le club local d’Al Alhy, est extrĂŞmement polyvalente et c’est peut-ĂŞtre elle qui possède les clĂ©s de la rĂ©ussite de la sĂ©lection Ă©gyptienne.

Joueuses clés : Soraya Mohamed,  Reem Moussa, Menatalla Awad et Raneem Elgedawy sont devenues les figures du renouveau du basket féminin dans le pays.

Menatalla a participé aux quatre dernières éditions de la compétition.

Raneem Elgedawy

Stars montantes :  Raneem Elgedawy a fait ses dĂ©buts en Ă©quipe senior Ă  l’âge de 18 ans, lors du FIBA Women’s AfroBasket 2015 Ă  YaoundĂ©.

Ensuite, l’ailière-forte de 1.91m s’est embarquĂ©e dans une aventure universitaire aux USA. La native d’Alexandrie a portĂ© le maillot de la Western Kentucky University. En juillet, elle a Ă©tĂ© Ă©lue dans le « 5 majeur » des Éliminatoires rĂ©gionaux.

Une autre joueuse prometteuse qui fait Ă©galement partie du programme de la Western Kentucky University est Meral Abdelgawad.

Elle s’est fait connaĂ®tre en s’illustrant lors de la Coupe du Monde FĂ©minine U19 FIBA 2017, terminant seconde meilleure marqueuse de la compĂ©tition avec une moyenne de 17.4 points par match – soit un point de moins que la MVP Maria Vadeeva (Russie).

Ehab Elalfy

Coach : Après avoir dirigĂ© l’Égypte lors de l’Ă©dition 2019 du FIBA Women’s AfroBasket Ă  Dakar (SĂ©nĂ©gal), puis durant les Éliminatoires rĂ©gionaux Ă  Kigali, Ehab Elalfy est toujours en poste pour participer Ă  son second tournoi continental consĂ©cutif.

Elalfy avait remplacĂ© Amr Hamed Ashour, Ă  la tĂŞte de la sĂ©lection Ă©gyptienne Ă  l’occasion du FIBA Women’s AfroBasket 2017.

Pronostic : 
PlacĂ©e dans le Groupe C avec le SĂ©nĂ©gal et la GuinĂ©e, l’Égypte a les moyens de se qualifier pour la phase Ă  Ă©limination directe.

Mais, c’est bien connu, les matchs se gagnent sur le terrain. Les Ă©quipes qui montrent le plus de dĂ©termination et de tĂ©nacitĂ© ont pour habitude de s’imposer.

Et une chose est sûre : la Guinée ne viendra pas au Cameroun pour simplement faire de la figuration.


FIBA

Facebook Comments

coinpayu
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top