Diaspora

NM1, J3 : JSA de Boundy fait parler l’expérience face à (80-73)

Samedi 17h. L’avant match est trés studieux côté Bordeaux. Gauthier Darrigand donne les dernières consignes à ses coéquipiers tout en gardant un œil sur ce qui se passe de l’autre côté du terrain. L’équipe adverse est jeune mais toujours invaincue.

Il ne faudrait surtout pas faire l’erreur de les prendre de haut et se laisser dépasser.

Dès le coup de sifflet, l’intensité est palpable au bord du terrain. Les deux équipes ne se feront aucun cadeau, il n’y a qu’à voir la pression défensive pour s’en rendre compte.

Henrikas Vortnikovas ouvre le score sur un rebond offensif et les JSA déroulent leur jeu dans les meilleures conditions jusqu’à un 8/2 qui oblige Toulouges à prendre un temps mort très tôt dans la partie. Côté adverse, les visiteurs résistent grâce au physique d’un Luke Fitzgerald qui semble s’être porté garant du ménage dans la raquette.

Le quart-temps se termine sur une patate chaude dont hérite Darrigand à la dernière seconde pour la transformer en 3 pts et donner 8 points d’avance aux JSA. (26-18)

Comme lors du match face à Marmande, les bordelais vont pourtant connaître un passage à vide en second quart-temps, incapables de tenir le rythme de ces jeunes loups sur l’ensemble du match. (25 ans de moyenne d’âge) Wilfrid Aka et Namory Boundy résistent tant bien que mal aux assauts adverses jusqu’à une nouvelle grosse faute sur Gauthier Darrigand assomant le Palais qui retient une nouvelle fois son souffle avant de faire entendre sa voix au rythme de la banda.

L’air de Pulp Fiction qui raisonne dans les travées semble pourtant transformer la physionomie du match en un mauvais scénario de Tarantino genre Boulevard de la Mort.

Les bordelais sont maladroits et multiplient les oublis défensifs. Toulouges en profite pour repasser devant à la mi-temps. (40-43)

Le 3ème quart temps démarre de la même manière et Toulouges se met immédiatement en confiance avec un alley hoop de Barcelo qui ne met pas les spectateurs en confiance. Peu importe! Dalmat répond immédiatement avec un panier à 3 points et harangue le public avec une hargne qu’on ne lui connaissait pas jusqu’ici!

Les bordelais sont motivés et le montrent! Le match devient une sorte de mastermind défensif dans lequel Boundy et Dalmat sortent leur épingle du jeu pour reprendre la main sur le match et faire naître les premières tensions chez leurs adversaires qui deviennent soudainement beaucoup plus bavards. (58/56)

Le dernier quart-temps sera tendu, ça n’est plus une surprise! Le public retient son souffle mais les bordelais restent concentrés. Darrigand enchaîne quelques paniers au meilleur moment et Louis Louisy montre qu’il a bel et bien une carte défensive à jouer malgré son physique d’adolescent.

Namory Boundy fait alors son retour dans la partie jusqu’à cette seconde anti-sportive plus que douteuse qui l’envoie directement au vestiaire. Les JSA, accusent le coup car Namory est bel et bien devenu le détonateur du groupe.

Mais ses coéquipiers reprennent heureusement rapidement leurs esprits. Avec ou sans lui, ils doivent avancer et poursuivre leur série de victoires. Les mains ne tremblent pas côté Bordeaux. Darrigant, Dalmat, Vialaret et Trtic assument leur rôle et ne se cachent pas. Ils auraient tort de le faire!

La victoire se profile doucement et Jeffrey Dalmat fait définitivement basculer le Palais et l’équipe adverse avec un panier à 3 points en fade-away à la dernière seconde des 24! On peut enfin respirer! Toulouges ne s’en remettra pas, c’est certain! (80-73)

Le mot du coach Christophe Henry : « Toulouges est une équipe qui joue beaucoup en première intention et sur la prise de risques. Ils n’ont pas manqué de réussite et ont su concrétiser leurs contre-attaques. Si on avait été plus attentifs au rebond et qu’on
avait concrétisé les nôtres, on n’aurait certainement pas eu à courir après le score.
On a bien rétablit la situation en seconde mi-temps et tenu cette équipe à 73 points alors qu’elle était à 91 de moyenne depuis le début de l’année. L’apport des gars de l’équipe 2 a également été super bénéfique défensivement. Les gars étaient motivés et c’est aussi ce qui a fait la différence.«

 

Article rédigé par Clément Campaner

Crédit photo : Florent Larronde et Linda Chasserieau

Facebook Comments

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top