Diaspora

LFB, J2 : Lyon de Djéné si près d’attraper les gazelles

Les ont terminé leur première rencontre à Mado Bonnet à un seul point du champion de France en titre, Lattes (74-75). Une cruelle désillusion mais une prestation pleine de promesses et d’enseignements pour le groupe d’Étienne Faye.

Quelques jours après avoir décroché le trophée du Match des Champions à l’Open , les Gazelles ont dominé en première mi-temps. Après un premier quart temps équilibré (18-22), le BLMA a élevé son niveau de jeu, notamment dans l’agressivité défensive, au début du deuxième quart temps pour prendre 13 points d’avance à la pause : 28-41. 13 c’est aussi le nombre de balles perdues en 20 minutes par les Lionnes, désorientées par le rythme imposé par Anaël Lardy (15 points, 7 rebonds et 5 passes), Gaëlle Skrela (14 points et 6 passes) and co. Le troisième quart temps a aussi été à l’avantage des Sudistes, qui ont mené jusqu’à +17, le plus gros écart de la rencontre. Mais les Lionnes n’avaient pas dit leur dernier mot… Elles sont revenues à 10 unités de leurs adversaires (50-60) à la fin de la période, remportée 22 à 19.

img_4417-modPoussées par le public de Mado Bonnet, le groupe d’Étienne Faye a continué à pousser dans le dernier round, signant leur come-back dans le money-time. Si Fatimatou Sacko a été compliquée à stopper (16 points et 5 rebonds) tout comme sa nouvelle coéquipière Rachel Jarry (14 points à 6/10 et 7 rebonds), les Lionnes ont trouvé des solutions offensives à longue distance. Elles ont d’ailleurs signé sur la rencontre un joli 13/24 à trois points, pendant que la doublette Lauren Ervin (13 points à 5/9 et 13 rebonds) et Djéné Diawara (15 points à 6/10, 10 rebonds et 4 passes) s’imposaient dans la raquette. En jouant les yeux dans les yeux avec cet imposant effectif montpelliérain, les Lionnes ont été belles dans l’envie et la détermination. En remportant le dernier quart 24 à 15, elles ont semé le doute dans les têtes du BLMA en toute fin de rencontre. Si bien que  Carmen Guzman (17 points à 5/9) a même offert l’avantage aux siennes à 74-73. Mais Fatimatou Sacko a été la première sur ce ballon esseulé au rebond. Et après un dernier panier de Lattes Montpellier (74-75), Esther Niamké (13 points) a tout tenté pour obtenir un coup de sifflet sur un dernier assaut. Sans succès…

Les Lyonnaises sont déçues mais vont devoir vite digérer cette désillusion. Car la semaine prochaine, il faudra réitérer cette deuxième mi-temps de référence face à Angers, de nouveau à domicile (samedi 15 octobre, 20 heures).

Lattes Montpellier bat : 75 – 74

du match :

Anaël Lardy (Lattes Montpellier) – 15 points à 5/12 – 7 rebonds – 5 passes décisives – 29 minutes de temps de jeu – 19 d’évaluation

Réactions :

Étienne Faye (coach Lyon) : « C’est frustrant. Même cruel car ça se joue sur un dernier ballon. Mais on a montré ce soir des vraies valeurs de combat. Au niveau de l’adresse, on a su relever le défi. Sur l’ensemble du match, on est à 47 % contre 38 % pour Montpellier, au niveau de l’adresse. Mais par rapport au combat, on a été en difficulté en première mi-temps. Et on manque de métier par rapport à une équipe constituée de joueuses très expérimentées. Nous avons quelques joueuses expérimentées mais nous n’avons pas la même profondeur de banc. Je félicite les filles car elles ont été exemplaires. On a jamais lâché. Mais c’est dommage d’avoir perdu de cette manière après être revenu dans le match. »

(Lyon) : « On savait que cela allait être dur. C’est dommage de perdre ainsi, ça fait très mal. Mais on s’est battu jusqu’au bout. On doit continuer ainsi.   »

Valéry Demory (coach Lattes Montpellier) : « On maîtrise toute la première mi-temps. En deuxième, on fait moins attention, on oublie les consignes sur les shooteuses à trois points. Dans l’euphorie, Lyon gagne des ballons, prends des shoots à trois points difficiles, mais tout rentre. On s’en sort bien. C’est une bonne leçon. je savais que mon équipe n’était pas prête. Il faut mettre encore plus de sérieux, plus de travail à l’entraînement car on a pris du retard en préparation. La concentration a failli nous coûter le match.  »

Crédit photo :   

Facebook Comments

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top