Diaspora

Mondeville a eu chaud face à Lyon de Djéné Diawara auteure d’un double-doubles

Temps de lecture : 3 mn 🕗

Mondeville 62 – 61 Lyon, 5ème journée de Ligue féminine. Mondeville a confirmé son bon début de saison en obtenant devant Lyon sa troisième victoire. Les Mondevillaises ont néanmoins souffert devant des Lyonnaises affaiblies par l’absence de Carmen Guzman. En fin de match, elles s’en sont même bien sorties…

« On a fait n’importe quoi en fin de match, et elles aussi. C’est l’équipe qui a le moins fait n’importe quoi qui a gagné. » KB Sharp en rigole, mais son équipe a eu chaud. Et son discours pourrait même trouver écho sur l’ensemble du match. Mondeville n’a pas bien joué, Lyon encore moins, et c’est finalement le moins en difficulté des deux qui a fait virer son bilan comptable dans le vert. « Gagner en jouant mal, ça n’a pas de prix », positive Romain L’Hermitte. L’entraîneur mondevillais ne cache pas toutefois sa frustration face à la prestation produite par son équipe.

« Mondeville n’a pas réussi à battre Lyon en tant qu’équipe. Il faut qu’on arrive à mieux jouer collectivement. On est trop obligé de s’en référer à KB à la fin du match. » Mondeville a frisé la correctionnelle et son coach en a bien conscience. « Aujourd’hui, Lyon avait la place de gagner. Elles ont raté le coche sur la fin. La différence, c’est que nous avions KB Sharp et elles n’avaient pas Guzman. Sur la fin, ça a vraiment pesé. »

Sans Guzman, c’est différent

Carmen Guzman, 31 ans, est une des joueuses majeures de Ligue féminine. Son plus petit temps de jeu cette saison ? 33 minutes. Devant Angers, pour la quatrième journée de championnat, l’Américaine d’originaire dominicaine s’était fendue de 18 points et 7 passes décisives.

Mondeville n’avait pas manqué de cibler le danger qu’elle pouvait représenter. « Évidemment, on avait travaillé toute la semaine avec Guzman. » La meneuse est restée sur le banc pendant le pré-échauffement. Quand il l’a vue au téléphone quelques instants plus tard, Romain L’Hermitte a compris qu’elle ne jouerait pas.

Une petite bénédiction ? « Non, je préfère jouer Lyon au complet que Lyon sans Guzman, assure le technicien mondevillais. Sans elle, ça change tout et ce n’est pas si simple à gérer. » Confirmation était faite dès les premières minutes de match. KB Sharp avait beau ouvrir les hostilités, c’est Lyon qui prenait le meilleur départ (2-7).

badiane lyon 1617

Pour ne rien arranger, Mondeville voyait Michelle Plouffe commettre sa deuxième faute après une minute de jeu seulement. La Canadienne retournait s’asseoir sur sa chaise. « On n’a pas bien joué ensemble dans ces moments-là. »

Un bon passage de Lisa Berkani, pourtant en grande difficulté sur le reste du match (1/8 au tir, 2/4 au lancer-franc, 5 ballons perdus, 2 passes décisives), permettait à l’USOM de revenir dans la rencontre (10-10, 6’). Lyon, pas plus séduisant que son adversaire, ne parvenait pas à profiter des carences de ce dernier.

KB Sharp, amenant un peu d’adresse et de vitesse dans le jeu de son équipe, donnait même l’avantage aux locales à la fin du premier quart (15-14, 10’). Plutôt bien payé au vu des dix premières minutes.

« On a encore eu du mal à rentrer dans le match, reconnaît la Franco-Américaine. Mais on sait qu’une rencontre dure quarante minutes et qu’il ne sert à rien de s’inquiéter si les premières ne sont pas très bonnes. On l’a vérifié contre Nantes. Face à Lyon, beaucoup plus athlétique, ça aurait été dangereux de prendre plus de retard d’entrée de jeu. » À la bagarre, Mondeville a au moins eu le mérite d’éviter ce scénario.

Un deuxième quart mondevillais

Les Mondevillaises attaquaient la deuxième période de meilleure façon. Lysa Millavet dans le corner, Kim Gaucher aux lancers-francs et Katia Mosengo-Masa sous le cercle creusaient légèrement l’écart (22-15, 13’). Côté lyonnais, le brouillon était au pouvoir, et la grosse défense mondevillaise ne faisait rien pour arranger les choses.

Rassuré à l’autre bout du terrain, Mondeville retrouvait un peu de fluidité dont profitaient Ana Tadic et KB Sharp pour réaliser un premier break (26-15, 16’). Interdit d’accès dans la raquette, Lyon tentait sa chance de loin, sans succès dans un premier temps.

Marième Badiane, impressionnante en cette fin de première mi-temps après avoir connu un peu moins de réussite auparavant, maintenait huit points d’écart malgré les tirs primés d’Esther Niamke-Moisan et de Jenny Fouasseau (33-25, 20’).

Les quinze minutes de pause ne suffisaient pas aux Lyonnaises pour se refaire la cerise, du moins le pensait-on. Malgré la nouvelle sortie de Michelle Plouffe, auteure de sa troisième faute après avoir inscrit son premier panier (il y a des jours comme ça…), Mondeville restait devant. Les visiteuses n’avaient toutefois besoin que de quelques instants pour se remettre dans le sens de la marche.

Djéné Diawara s’en chargeait en imposant ses longs compas dans la raquette. Ses six points ramenaient le Lyon Basket aux trousses de l’USOM (36-35, 25’). Très maladroit au lancer-franc, Mondeville laissait passer l’orage et semblait retrouver de meilleures intentions (43-37, 27’). La rencontre devenait extrêmement équilibrée.

Mélanie Plust égalisait (43-43, 29’), tandis que Kim Gaucher en force et KB Sharp derrière la ligne de réparation redonnaient de l’air aux leurs (47-43, 30’). À défaut d’être bon, Mondeville se battait. « On n’a pas lâché, salue Romain L’Hermitte. C’est ce qu’il faut retenir. Ce sont des guerrières avant nous. » Mondeville le confirmait quand Djéné Diawara faisait passer Lyon en tête (47-48, 33’). Le “and one” de Kim Gaucher traduisait l’état d’esprit local. En contre-attaque, après une grosse séquence défensive, KB Sharp restait dans la même teneur.

Mondeville s’en tire bien

À l’approche du money time, Mondeville était sur la bonne voie. Michelle Plouffe, après avoir capté un rebond offensif, portait l’avance locale à huit points (56-48, 36’). Tout bon ? Pas tant que ça. Mélanie Plust et Djéné Diawara, servies par Esther Niamke-Moison (dans la salle qui l’a révélée il y a quelques années de cela), se distinguaient chacune dans son registre. KB Sharp avait beau rentrer ses lancers-francs, Lyon s’accrochait (60-57, 39’).

Le shoot de Marième Badiane semblait alors être celui de la délivrance à 47 secondes de la fin. Seulement, Jenny Fouasseau ne tremblait pas aux lancers alors que la remise en jeu de Marième Badiane échouait dans les bras de Lauren Ervin. En deux secondes, Lyon était revenu à -1. « Tout le monde veut la balle alors qu’on a quand même deux meneuses sur le terrain, grogne Romain L’Hermitte. On ne sait pas à qui la donner et on la met dans le panneau. Il faut avoir de la lucidité, mettre de la rigueur. »

Après le temps-mort de circonstance, Mondeville était au moins sûr d’éviter la même déconvenue à la reprise du jeu. Le trois points de KB Sharp était néanmoins trop court, et le rebond lyonnais. Les Rhodaniennes parvenaient à trouver leur arme numéro 1, Djéné Diawara, à deux secondes du terme.

Marième Badiane s’interposait devant sa vis-à-vis et préservait la victoire de Mondeville. Ouf. « Tant qu’on garde notre adversaire à moins de 63 points, on a de bonnes chances de gagner, souligne KB Sharp. C’est le point positif. Pour le reste, on a eu du mal à trouver des solutions… »

Le 4/20 observé à trois points est finalement assez symptomatique. « Il est dû au fait que notre collectif n’est pas assez bien rodé, estime Romain L’Hermitte. La balle ne bouge pas assez et on est trop attentistes. On demande de l’intelligence de jeu, on l’a pas eue. La balle ne bouge pas. Quand les tirs sont ouverts, on hésite. On n’a pas assez de confiance dans notre collectif. »

Mondeville garde une marge de progression intéressante. Marième Badiane, avec 14 points (6/13 au tir) et 13 rebonds, a fait son match. Idem pour KB Sharp, meilleure marqueuse mondevillaise de la rencontre avec 19 points. Lisa Berkani, on l’a vu, et Michelle Plouffe, gênée par les fautes, sont passées au travers.

Côté lyonnais, Djéné Diawara a eu l’impact imaginé : 20 points, 11 rebonds. Mondeville termine cependant la rencontre avec onze rebonds de plus que son adversaire, ce qui n’a rien d’une petite prouesse. Les Mondevillaises sont sixièmes du classement à égalité de points avec Villeneuve d’Ascq, troisième. Elles se rendront chez le leader Basket Landes samedi prochain. Un sacré défi en prévision.

Mondeville : Badiane 14, Berkani 5, Gaucher 11, Plouffe 4, Sharp 19 puis Kerboeuf, Millavet 3, Mosengo-Masa 4, Tadic 2.

Lyon : Diawara 20, Ervin 7, Fouasseau 13, Niamle Moisan 6, Plust 10 puis Diallo 5, Herminjard, Legrand.

Source : Sportscaen.fr

Facebook Comments
coinpayu
Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top