JEEP ÉLITE

Interview : Yakuba Ouattara (Monaco) : “Sans shoot, tu ne peux pas exister en Pro A”

Temps de lecture : 2 mn đź•—

À 23 ans, Y.Ouattara fait mieux que confirmer son excellente saison à Denain (9,2 pts et 2,6 rbs), en étant le 2e scoreur (12 pts à 60% aux tirs) et la 3e évaluation (12,5) d’une talentueuse équipe monégasque. L’ancien espoir de Chalon a réussi une transition parfaite entre Pro B et Pro A.

En fin de saison dernière, Jean-Christophe Prat, votre coach Ă  Denain, nous avait dit : “il est prĂŞt” pour la Pro A. Vous veniez de produire 20 d’évaluation en 17 minutes de jeu, d’être efficace dès votre entrĂ©e en jeu, etc. Vos performances en ce dĂ©but de saison semblent lui donner raison…

coinpayu

Effectivement, cela témoigne en sa faveur et montre en tous cas qu’il connaît bien son boulot et sait évaluer la progression de ses joueurs. Mais en fait, je ne fais que retranscrire aujourd’hui mieux ce que je pouvais faire à l’entraînement. J’espère bien qu’il avait raison et que je vais pouvoir continuer à ce rythme tout au long de cette saison.

 

Sur quels points avez-vous vraiment progressé la saison dernière à Denain ?

Je crois que c’est d’abord sur mon adresse aux tirs. Mais pour ça, ce qui a changé c’est que je me pose beaucoup moins de questions qu’avant. Je cogite beaucoup moins. Maintenant, je rentre et je suis prêt à donner mon maximum, sans me poser trop de questions, dès que je rentre sur le terrain alors qu’avant, sans doute que j’avais peur de mal faire, de ne pas jouer juste. Peur de la bêtise…

coinpayu

 

Pensez-vous que ces progrès soient dus à cette expérience particulière avec Denain l’an passé. Avec une vraie équipe, qui a été en demi-finale de Leaders Cup et en finale des Playoffs, mais en ayant mis le développement des jeunes joueurs comme un préalable aux performances collectives ?

Oui, franchement. C’était vraiment une saison exceptionnelle. Personne ne s’attendait à ce qu’on aille aussi loin avec un groupe aussi jeune. Ni à ce que nous progressions aussi vite individuellement, parce que nous avons tous fait énormément de progrès cette année-là. Alors, oui, c’est une expérience qui nous a apporté énormément de choses tant sur le plan humain que d’un point de vue strictement basket.

 

Cette saison, vos stats sont pour le moment supérieures à ce que vous produisiez l’an passé en Pro B. D’après vous, sur quel plan se situe vraiment la différence entre les deux divisions ?

Pour moi, en fait, la grosse différence se situe au niveau de la somme de talents qu’il y a dans chaque équipe. En Pro A, tous les joueurs ont plus de talent globalement. Tu ne vois pas de joueurs un peu en dessous. Et puis, le jeu est beaucoup plus structuré qu’en Pro B. Attention, il y a aussi des clubs qui pratiquent un basket structuré en Pro B, mais ce n’est pas le cas de toutes les équipes. En Pro A, tactiquement, c’est beaucoup plus tenu.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à choisir Monaco cet été ?

Le projet d’abord. Avec l’intĂ©gration de jeunes joueurs. Le coach m’a appelĂ© et m’a assurĂ© qu’il allait me donner ma chance. Que j’aurais l’opportunitĂ© de jouer. Son discours m’avait plu, parce que s’il m’a assurĂ© qu’il me donnerait ma chance, il m’avait aussi dit que derrière je devrais prouver que je pouvais jouer Ă  ce niveau. Et cette franchise-lĂ  m’avait plu. Tu sais, parfois, en pro, ce n’est pas forcĂ©ment partout le meilleur joueur qui est sur le terrain. Il y a aussi d’autres paramètres, comme le contrat, l’expĂ©rience donc la confiance que t’accorde le coach ou pas…

 

 

Vos progrès aux tirs sont impressionnants : de 46,2% à 60% cette saison, et de 34 à 40% à 3-pts…

C’est surtout quelque chose que je travaille fort depuis un bon moment. En Pro A, les défenses sont bien plus denses et si tu ne disposes pas d’un bon shoot extérieur, tu vas avoir un mal fou pour driver, pour exister. Les défenses sont bien en place et ça devient vraiment dur, même en étant rapide, d’aller chercher un lay-up sur attaque placée. Alors si tu veux te créer de l’espace, pour un arrière, c’est vraiment obligatoire de disposer d’un bon shoot extérieur. C’est une arme essentielle pour franchir un cap. Là, dans ma confiance, j’ai vraiment passé un palier, je le sens.

 

Sur votre poste, la concurrence est pourtant féroce à Monaco, avec DeMarcus Nelson, Sergueii Gladyr, Jamal Shuler…

Nous avons en effet une équipe de haut niveau, avec des joueurs très, très forts. Alors forcément, si je veux m’y faire une place, j’ai plutôt intérêt à montrer des choses ! Je me doutais bien que c’était à moi de hausser mon niveau de jeu, pas aux autres de s’adapter à la Pro B d’où je venais (il rit). Il fallait que je me mette à la page…

 

Vous avez été l’équipe surprise de la Pro B l’an passé en allant jusqu’en finale des playoffs. Est-ce que Monaco peut également être l’une des excellentes surprises de  la saison en cours ?

Moi je pense qu’on a toutes les armes pour aller loin. Après, il reste à le confirmer sur le terrain chaque week-end. Jusqu’à présent, on est encore plutôt dominés un peu au rebond. Il faut qu’on bosse là-dessus, mais plus généralement, ce qui est bien, c’est qu’on sent qu’il y a plein de domaines sur lesquels on a une marge de progression. Et ça, c’est vraiment encourageant pour la saison à venir. On a un gros potentiel, je crois.

 

Quels sont les buts que vous vous êtes fixés pour cette saison ?

Sur le plan individuel, c’est de poursuivre ma progression et essayer de faire encore mieux que ce que j’ai montré jusqu’à présent. Et sur le plan collectif, même si on reste humble, j’aimerais qu’on aille au bout de notre potentiel, continuer à progresser. Si on fait ça, je crois vraiment qu’on peut réussir de belles choses dès cette saison.

par LNB
Source: Pierre Marsal et Serge Haouzi
Facebook Comments

coinpayu
Click to comment

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top