FIBA U17 WOMEN

Interview : Coupe du monde FIBA U17 filles, Oumarou Sidiya répond à nos questions


L’équipe nationale U17 filles, championne d’  2017 au Mozambique a entamé depuis une semaine son camp de Pâques.  Basketmali a rencontré l’entraineur  principal Oumarou Sidiya Maïga, qui nous a parlé de la préparation de son équipe, du tirage au sort et de ses ambitions pour la FIBA U17 qui se déroulera à Minsk en Biélorussie du  21 au 29 Juillet 2018.

Le tirage au sort de la coupe du monde filles s’est déroulé  le 06 mars à Minsk en Biélorussie, le se retrouve dans le groupe B en compagnie des USA, de l’Italie et de la Chine . Quels sont vos commentaires par rapport à ce tirage ?

C’est un groupe assez relevé. Cependant ce sont des équipes  que nous connaissons bien. Nous les avons très souvent rencontré lors de coupes du monde passées.


L’équipe nationale du Mali, championne d’Afrique U16 à Bera, Mozambique 2016.


Pouvez-vous nous parler un peu des adversaires du Mali ? Avez vous une idée du basket des ces 3 pays de 3 différents continents ?

Nous savons par exemple, comment joue la Chine avec tout le sérieux et l’application qu’on lui connait. Nous savons toute la puissance des États-Unis qui vont venir revanchards suite au titre perdu en 2016. L’Italie est la première nation européenne que nous avons battue, c’était lors de l’édition 2014 à Pilsen (République Tchèque).

Mais, force est reconnaitre que l’Italie est devenue une grande nation à ce niveau depuis sa finale perdue en 2016 contre l’Australie.

Alors parlons de la préparation, quand est-ce que vous l’avez entamé et où en êtes  vous actuellement ?

Comme à notre habitude, nous avons débuté la préparation au mois d’octobre 2017. En ce moment, nous venons de terminer une seconde phase de préparation générale, mais aussi de recrutement. Nous avons besoin de renforcer l’effectif déjà existant. Nous cherchons aussi à pallier les quelques départs de nos joueuses à l’extérieur du pays. Nous avons profité des vacances scolaires de quelques jours pour entamer la phase tactique et technique de la préparation lors du camp de Pâques que nous organisons en fin mars-début avril.

Est-ce que vous avez pu livrer des matchs amicaux localement  ? Est-il prévu d’autres matchs contre des équipes à l’extérieur ?

Des matchs de préparations sont prévus lors de cette seconde phase de notre préparation (Ndrl :  l’équipe nationale U17 a joué Vendredi 30 mars  et gagné contre Attar Club). Et comme d’habitude, nous  jouons contre des équipes d’âges supérieurs ou des équipes masculines. Nous allons participer cette année au tournoi international de basket ball féminin de Rézé qui aura lieu du 21 au 24 Juin 2018. Ce tournoi est organisé par le Rezé Basket International (RBI) et met au défi 8 équipes internationales dont l’équipe de France U17, la Chine, l’Argentine, la Biélorussie, le Mali entre autres. Ce tournoi nous servira de tremplin pour peaufiner notre préparation

L’effectif est-il basé sur celui des U16 championnes d’Afrique à  à Beira, ou est ce qu’il y a de nouvelles joueuses ?

L’essentiel de l’effectif qu’on a en ce moment est constitué par l’équipe championne d’Afrique en 2017 au Mozambique. Mais étant donné que nous avons élargie la sélection, il se peut qu’il y ait quelques réaménagements dans le groupe.

A quel niveau jouent vos filles ?

Nous avons 3 joueuses qui jouent dans l’élite du championnat national de , 3 autres jouent en deuxième division et les autres viennent des différents centres de du pays.

Avez vous des nouvelles ou sinon parvenez-vous à suivre les joueuses qui sont à l’étranger ?

Oui bien sûr, je suis en contact avec les joueuses à étranger. Il y a les deux joueuses que nous avons en Espagne, Sika Kone et Aminata B Sangaré. La capitaine Aissetou Coulibaly  a subi une opération au genou au mois de février. Elle devrait être indisponible pour 4 voire 5 mois. Les chances pour la récupérée pour la coupe du monde sont assez mince. Elle était une des joueuses clé pour notre dispositif tactique lors de la coupe FIBA U16.


La capitaine Aissetou Coulibaly  qui a subi une opération au genou au mois de février aux États-unis.


Aissatou est la seule à avoir participé aux championnats du monde Fiba U17 à Saragosse en 2016, son absence risque de peser ?

En effet, Aïcha comme nous l’appelons a une intelligence de jeu et un impact sur le groupe très importants. Mais étant donné qu’elle en a pour 4 à 5 mois  de guérison, ça va être vraiment limite pour participer à la compétition.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la préparation et dans la gestion des joueuses qui se trouvent à l’extérieur ?

Les difficultés sont moindres, en ce moment même ; nous cherchons à renforcer le groupe avec d’autres joueuses d’origine malienne à travers le monde. Après nous avons quelques contraintes dues aux joueuses sur place qui sont pour la plus part des scolaires.

Ne pensez-vous pas qu’il est temps pour le Mali de rehausser le niveau et les moyens de la préparation vu le niveau du groupe dans lequel il se retrouve ?

Tout à fait, nous sommes dans l’obligation de relever notre niveau de préparation avec le groupe dans lequel nous sommes tombés. Nous avons bon espoir que le ministère des sports et la fédération de basketball mettront les moyens pour cela.

Avec les résultats de génération de Saragosse 2016  (3 matchs remportés dans un championnat du monde), votre équipe sera très attendue cette année ?

Effectivement, nous en sommes conscients. Avec les résultats glanés lors de l’édition passée, nous serons très attendu et pris au sérieux par nos adversaires. C’est à nous de nous préparer en conséquence et de prouver que Saragosse n’était juste pas un heureux hasard.

Quels sont les atouts et les forces de cette nouvelle génération ?

En dehors de l’enthousiasme que les filles affichent, nous avons quand même beaucoup plus de technicité et de rapidité avec cette génération. Nous avons moins de grands gabarits comparés à la génération de 2016 mais je pense qu’on aura des filles plus rapides et très adroites.


L’équipe nationale du Mali, après sa victoire sur l’Angola en finale de la coupe d’Afrique FIBA U16 à Bera, Mozambique 2016.


Quel sont les objectifs cette année ?

L’objectif est de passer d’abord le 1er tour et ensuite le cap des 8e de finale, je vous rappelle, il y a deux ans à Saragosse, nous l’avons raté de très peu. C’était face à l’Italie qui nous avait battu 58-55.


réalisée par la Rédaction


 

Facebook Comments

Click to comment

Leave a Reply

Les plus lus

To Top